LE QI GONG

S'INSCRIRE

QU'EST CE QUE LE QI GONG ?

Un peu d'histoire

Le mot Qi Gong est constitué des deux idéogrammes QI (souffle, énergie) et GONG (travail, maîtrise).

Les différentes méthodes de Qi Gong sont également regroupées sous l'appellation d'arts énergétiques chinois.

Héritage de la médecine primitive Chinoise, son origine remonte à plus de 3000 ans avant J.C à l’époque des trois Dynasties : Xia, Shang et Zhou.

La quête initiale de maintenir l'être humain en harmonie avec la nature dans l’Univers a développé des recherches

pour s’y adapter, et faire naître des pratiques de préservation de la santé humaine.

« Bouger pour chasser le froid et s’abriter pour fuir la chaleur » forment les réactions les plus archaïques de la conscience.

 

L’art de la danse (wǔ dǎo) fut une première pratique pour renforcer le « Qi » et détendre les muscles et les os. Des mouvements très simples et lents avaient pour but d’assouplir les articulations et de faire circuler le Qi pour nourrir les organes internes.

Ils marquent la naissance du « Daoyin » (l’art de guider, conduire) et les débuts de l’art de se maintenir en bonne santé par le « Qi Gong ».

 

Devenant un entraînement simultané du corps et de l’esprit, cet art énergétique caractérisera une manière de penser

introspective et intuitive propre à la culture chinoise.

 

Sous la dynastie des Han (206 av. J.C – 220 ap. JC) le Daoyin est largement répandu et joue un rôle essentiel au développement du Qi Gong

qui se manifeste sous plusieurs formes en fonction des objectifs visés. Les écoles du nord et du sud développeront

des branches différentes et variées pour les hommes et les femmes.

 

L’ouvrage médical le plus important de la Chine ancienne « Classique de l’interne de l’Empereur Jaune » (Le Huang Di Nei Jing)

présente dans ses chapitres des principes et méthodes du Qi Gong. On y retrouve les théories de bases telles que la doctrine des cinq éléments,

celle de la circulation du Qi des viscères et des huit trigrammes, en correspondance avec la médecine chinoise.

Ces formes de Qi Gong ont pour objectif essentiel de prévenir et de guérir les maladies.

 

Sous les dynasties des Ming et des Qing (1368-1911), le Qi Gong se codifie en de nombreux enchaînements dont les effets obtenus marquent la longue histoire du Qi Gong : « augmenter la longévité de sa vie en renforçant son immunité tout en cultivant la vertu ».

 

Qi Gong et Méditation

Le Qi Gong est également un outil de méditation ; l’assise est la posture de méditation la plus utilisée,

mais on peut également méditer couché ou debout, en posture statique comme en mouvement.

 

Quelles pratiques au sein de notre Association ?

Les méthodes, influencées par les courants Taoïste et Bouddhiste, sont nombreuses.

Des enchaînements codifiés de mouvements simples et lents ont pour but d’assouplir les articulations et de faire circuler le Qi.

Le Qi Gong se pratique debout, assis ou couché permettant ainsi à toutes personnes de s’en procurer les bienfaits.

 

En fonction des saisons, Francine et Nathalie proposent aux participants :

• Des formes telles que les Qi Gong de Santé de Maître Zhang Guang De :

Qi Gong général de Santé, Qi Gong des Poumons, Qi Gong du cœur, Qi Gong des 12 mouvements.

• Des méthodes classiques de Qi Gong en mouvement :

« Ba duan jin » (3 versions)  « Wu Qin Xi », « Liu Zi Jue » , « Da Wu », le Wu Dang Qi Gong...

• Du Do in (automassages), Tuna (exercices respiratoires), Yanjing Qi Gong (exercices oculaires)

• Les postures statiques des Zhuàn Zhāng (Qi Gong de l’arbre)

L’association est affiliée à la Faemc, Fédération des arts énergétiques et martiaux chinois.

Elle a le soutien de la commune de Louveciennes.

Copyright ©Corinne Gondek - Tous droits réservés